Beni : Le vrai bilan de l’incursion des présumés ADF à KIDIDIWE samedi 17 septembre 2016

Publié le: 16/09/2019 à 09h01min12s

Par Radio Moto Butembo-Beni

Précisons d’emblée que KDIDIWE est une  localité est située à une dizaine de kilomètres au Nord-Est de la ville de Beni au Nord-Kivu. Contactées par la RMBB dimanche 18 septembre 2016, des sources de la société civile locale rapportent qu’une bande de ces rebelles seraient passée par les localités de VEMBA et KIPEYAYO avant d’atteindre KIDIDIWE.

Ici, ils se sont infiltrés dans le camp des FARDC où se sont déjà refugiés des agriculteurs de KIDIKIWE et environs pour leur sécurité. Les soldats loyalistes et les civiles ont été tous surpris de cette présence rebelle munie des armes blanches et à feu. Ces présumés ADF ont tué 3 personnes et blessé 3 autres. Avant de régner en maitre à KIDIDIWE jusqu’à ce dimanche, ils ont incendié toutes les cabanes militaires et civiles ainsi que 5 motos des agriculteurs, témoigne un agriculteur de l’Union des Agriculteurs, éleveurs et pêcheurs du Congo, UAEP MAYANGOSE.

« Ces présumés se sont infiltrés et ont attaqué la position des FARDC. Ils ont incendié toutes les maisonnettes des militaires, ils ont aussi tué trois habitants, blessé trois autres. Ils ont également brulé cinq motos des agriculteurs. La position militaire est située à KIDIDIWE-même. C’est là que les habitants viennent s’installer et de là, ils se rendent chacun dans son champ. Les autorités nous demandent de garder le calme. Elles demandent aux habitants de quitter la zone momentanément… », témoigne un agriculteur de Kididiwe.  

Depuis ce carnage, les agriculteurs craignent de se rendre dans leurs champs au risque d’une pénurie alimentaire. Notons que c’est une première attaque qui intervient après l’institution des plusieurs mesures de sécurité à Beni. Parmi elles, l’on se rappelle la mise en place des secteurs opérationnels SOKOLA I Nord et Sud et l’installation de l’Etat Major de la zone de défense des FARDC en territoire de Beni. Pour lutter contre ces genres d’incursion, le coordonnateur du CEPADHO propose la répartition des responsabilités des forces de sécurité pour pérenniser le calme dans la région de Beni.

 « La bonne solution passe par un découpage qui n’est pas d’ordre territorial. Le découpage doit être de responsabilisation avec la traque de l’ennemi en profondeur à travers des unités des réactions », pense Omar KAVOTA.

 

 


Publié le: 16/09/2019 à 09h01min12s
Par Radio Moto Butembo-Beni
Partagez ce contenu sur